samedi 10 janvier 2015

Christophe Declerck prêt pour la Bolivie

Au lendemain de sa cabriole de l’étape 2, Christophe Declerck a eu un réveil pour le moins, douloureux, rien de cassé, mais bien « cabossé » !!!
Il est donc reparti tranquille en direction de Chilecito, ce qui ne l’a pas empêché de s’en remettre une, tombé dans un fossé, il a du attendre qu’un motard ne s’arrête pour  l’aider. Pas de bobo.
Le passage vers le Chili se passe mieux, 10ème,
mais le pilote est usé et fatigué en arrivant à Copiapo. Jeudi, la difficulté était à son comble, fech-fech, cailloux, les ennuis ne manquent pas pour Christophe, avec les réservoirs qui fuient.
Ensuite, il arrache un nerf bar et perd la boîte à outils éprise de liberté, un réservoir « pendouille », rentré au bivouac, avec un quad rafistolé avec des sangles, il faut alors trouver un poste pour souder l’alu.
Ce genre de  matos ne se trouve pas chez les pilotes « malle-moto » et c’est chez Peugeot que le mécanicien de Christophe pourra faire ressouder le nerf bar et les réservoirs auxiliaires.
Un nerf bar, c’est cette barre d’aluminium remplie de sangles qui empêche la botte du pilote de passer sous la roue.
Le Yamaha Raptor remis à « neuf », Christophe Declerck est reparti en direction d’Iquique pour la journée de repos, mis à part un peu de jardinage pour trouver un Check Point, journée plutôt bonne.
12ème du jour et revenu 9ème du général, Christophe continue de rouler pour l’assos’  Arc en Ciel (Une assos’ pour les enfants malades) 1 € par kilomètre parcouru, le Dunkerquois ne va pas lâcher l’affaire comme ça !
Retrouvez le détail de chaque journée sur le blog de C Declerck, ici.