lundi 18 janvier 2016

Dakar : Bilan de l’édition 2016

KTM vient de remporter un 15ème Dakar d’affilé, avec cette fois au guidon Toby Price,  l’Australien plus habitué aux bajas, type de courses où les pilotes mettent du gros gaz.
Pour son second Dakar, il vient de signer sa 1ère victoire, avec la manière, il a étonné par
sa constance, sa maitrise de la navigation, sa « sagesse », sa façon de piloter qui parait à l’image très coulée.
En 2013, Price a eu un terrible accident, gravement touché aux vertèbres, il est revenu plus fort, la marque des grands champions, chapeau Toby.

Dans les déceptions, Goncalves et Barreda étaient bien parmi les vainqueurs potentiels.
La 450 CRF semble toujours bien perfectible, l’électronique a de nouveau causé des ennuis, et on ne sait pas forcément tout, le moteur semble encore fragile, malgré une maintenance journalière. Le Dakar demande une fiabilité sans faille, on y est  visiblement toujours pas. Metge a eu aussi sa part de problèmes électroniques.
C’est vrai que Barreda n’est pas tendre avec sa monture, c’est de notoriété publique, il s’est retiré à la 6ème étape, moteur cassé, pourquoi n’a-t-il pas continué pour rouler les vraies étapes de navigation, son point faible ?
Goncalves a perdu l’occasion  qu’il fallait saisir en échouant une nouvelle fois, il a de nouveau fauté en frôlant de trop près la végétation qui a ruiné son radiateur … et son moteur…
Ruben Faria est un pilote qui chute peu, mais une suffit, poignet cassé, terminé.
Revenu chez Yamaha Helder Rodrigues a manqué de vitesse la 1ère semaine,  il termine 5ème, proche du podium. Malgré cette bonne place, on attendait mieux.
Jordi Viladoms termine 17ème, c’est loin du compte et de ses ambitions.
Matthias Walkner s’est fracturé la jambe en début de 7ème étape.
Toujours dans les déceptions, Botturi n’a pas été convainquant, Alain Duclos après un début performant est retombé dans les habituels ennuis mécaniques avec sa Sherco, et son équipier Pedrero a été loin de son édition 2014, très loin.

Pierre-Alexandre Renet se neutralise dès le début, quant à Olivier Pain, sa chute et sa casse de boite de vitesse le relègue loin, il était dans un rythme convenable, sans plus.
Excellente prestation de Stefan Svitko, 2ème, aussi discret que rapide, tout comme le Chilien Pablo Quintanilla que l’on ne voyait pas forcément faire mieux que l’an passé.
Mention très bien pour Adrien Van Beveren et sa Yamaha, 6ème pour son 1er Dakar, et 1er tricolore, il précède Antoine Méo qui perd la 3ème place du podium la veille de l‘arrivée suite à une grosse chute, il fait un Dakar inespéré pour une première mais passe près de la correctionnelle.
Yvan Cervantes que l’on n’a pas vu, effectue un bon Dakar, 16ème derrière Laia Sanz qui serre les dents avec une clavicule cassée. Chapeau la demoiselle.
On oublie pas Benavides, l’Argentin roulait chez lui, ça aide, mais pour une 1ère, il termine 4ème à moins d’une heure du vainqueur, il a su au guidon de  sa Honda (Equipe HRC satellite) ne pas trop en faire en étant régulier.
A près de 42 ans, Casteu conclut cette édition 18ème, il aurait voulu plus de difficulté, plus de nav’, plus de gestion de la mécanique, en bon rallyman qu’il est !

Van Den Goorbergh remporte la catégorie malle-moto, sans assistance, 31ème à 8h42 du vainqueur.

Et puis, il y a tous ces amateurs que l'on n'a pas vu, des défis personnels, ce sont eux qui écrivent l'histoire.